Le futur projet de loi sur la bioéthique sera t-il encore éthique ?

Telle est la question que suscite la découverte des présentations par la presse du Rapport de la mission parlementaire sur la bioéthique, dit Rapport Touraine. Ce texte propose la procréation médicalement assistée (PMA) pour les femmes seules et les couples femmes, la procréation post mortem, la recherche sur les embryons, les tests et diagnostics génétiques ouverts à tous, la conservation des ovocytes, les dons d’organe, une large ouverture à l’intelligence artificielle… (Rapport d’information fait au nom de la mission d’information sur la révision de la loi relative à la bioéthique, n° 1572 : non encore publié au 18.01.2019). Bref, tout ou quasiment devrait être permis. Le journal Libération ne s’y est d’ailleurs pas trompé en titrant « Bioéthique : les députés veulent en finir avec les interdits » (Article d’Eric Favereau du 19 janvier 2019). L’auteur relève que la «  mission ouvre la porte à quasiment toutes les nouvelles pratiques, se bornant juste à interdire la GPA ». De l’aveu même de son rapporteur : «Ce sera la modification la plus importante depuis le début de la bioéthique». Mais s’agit-il de la modification la plus importante ou de la fin de la bioéthique en France ? Les propositions incitent à se poser cette question.

Continuer la lecture de Le futur projet de loi sur la bioéthique sera t-il encore éthique ?

Le Conseil d’Etat et la révision des lois de bioéthique : jeu du mikado… ou jeu du ni oui, ni non ?

Le 28 juin 2018, le Conseil d’État a rendu public une étude intitulée Révision de la loi de bioéthique : quelles options pour demain ?  Ce titre fait écho à celui retenu par le CCNE pour les États généraux de la bioéthique « Quel monde voulons-nous pour demain ? », mais il s’en différencie soulignant ainsi les missions respectives de ces deux institutions :

Continuer la lecture de Le Conseil d’Etat et la révision des lois de bioéthique : jeu du mikado… ou jeu du ni oui, ni non ?

Non à l’instrumentalisation du droit comparé !

Le droit comparé, comme le droit en général, se trouve aujourd’hui au cœur de revendications sociétales : la solution étrangère est invoquée pour provoquer le changement de la règle nationale. Le risque d’instrumentalisation du droit comparé a été souligné par le doyen Carbonnier, qui a  mis en garde contre le « mythe » du droit comparé. Que peut justifier la sélection d’une solution étrangère plutôt qu’une autre ? Devons-nous modifier la législation au seul motif que d’autres États l’ont fait ?

Continuer la lecture de Non à l’instrumentalisation du droit comparé !

Révision des lois de bioéthique : un « comité citoyen » réellement citoyen ?

Dans le cadre des États généraux de la bioéthique, un comité citoyen a été constitué. Le site des États généraux  indique qu’il joue « un rôle inédit dans la consultation ».

 

« Formé d’un échantillon d’individus représentatif de la population française, ce Comité est chargé de formuler un avis critique tout au long des États généraux sur l’avancée des consultations et la méthode employée. » (c’est nous qui soulignons).

Continuer la lecture de Révision des lois de bioéthique : un « comité citoyen » réellement citoyen ?

Fin de vie d’un mineur hors d’état d’exprimer sa volonté : retour sur l’affaire Inès

Si la fin de vie d’un être cher est parfois très douloureuse pour ses proches, combien plus l’est-elle lorsqu’il s’agit d’une enfant de 14 ans. L’arrêt de la vie au moment où elle doit en principe s’épanouir et se développer est une situation révoltante. Difficile d’entendre pour des parents que la vie de leur progéniture va s’arrêter avant la leur.

Continuer la lecture de Fin de vie d’un mineur hors d’état d’exprimer sa volonté : retour sur l’affaire Inès